AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hansel Stone
avatar
Shadow




Messages : 40
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 28

MessageSujet: Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)   Ven 4 Mai - 13:40

Le jeune garçon était caché derrière un arbre tout en gardant un œil sur la maison qui trônait au milieu de la clairière. La demeure n'était point en pain d'épice comme s'amuse à le faire croire le conte. Elle ressemblait à toutes les autres chaumières. La sorcière, quant à elle, n'avait rien d'une laideronne couverte de verrue et vêtue de haillons. Au contraire. Il s'agissait une d'un jolie jeune femme brune d'une vingtaine d'années. D'ailleurs, elle sortait de la maison, un panier vide à son bras destiné à la cueillette. Parfait ! Cela voulait dire qu'elle serait absente pour un moment. Hansel attendit qu'elle fut hors de vue pour sortir des bois. Voulant malgré tout rester discret, il prit soin à ne pas marcher sur une brindille, avançant à pas feutrés d'une fenêtre demeurée ouverte. Sans la moindre hésitation, il se glissa à l'intérieur et jeta un regard circulaire à ce qui l'entourait. On pouvait dire que la sorcière était riche, comme il s'y attendait! De la belle vaisselle. Une table en verre. Des fauteuils en velours. Hansel s'amusa à en toucher la texture douce.
Curieux, il se mit à explorer les lieux, sa main passant ci et là dérobant au passage un objet de valeur qu'il pourrait revendre. Sa famille avait toujours été pauvre, frôlant la famine. C'est pourquoi Hansel avait pris l'initiative de voler pour revendre son butin. Certes d'une somme médiocre mais au moins ils avaient de l'argent. Ce qu'en pensait ses parents ? Il s'en fichait royalement même si leurs reproches l'irritaient. Il les trouvait même hypocrites car son père et sa mère ne le dénonçaient pas pour autant et étaient bien contents que leur fils ramène de quoi nourrir la famille.

Mais le pire restait Grethel, sa sœur cadette... Cette pimbêche blonde ne cessait de lui faire la morale, le critiquant sans arrêt. La haine qu'il lui vouait se trouvait démesurée à force de remontrances. Au point qu'il en avait des envies de meurtre. Ses parents ne faisaient que le comparer à elle, à la revaloriser, à la chouchouter. Alors que lui... Lui était le garçon. Celui qui doit donner sueur et sang pour la famille afin d'apprendre à être responsable. Celui a qui on n'excuse rien. Celui qui doit montrer l'exemple. Grethel, quant à elle, était la pauvre fille gentille à qui on pardonnait tout, qui était trop « faible » pour faire le moindre effort... Ce sentiment d'injustice et de frustration lui donnaient des envies de vomir... Pour ça, d'ailleurs, sa sœur avait récolté une jolie brûlure au creux des reins !

Ouvrant un tiroir, Hansel découvrit un magnifique couteau à double lame incurvée. Le garçon au pain d'épice ne put s'empêcher de contempler l'arme, la tenant délicatement entre ses doigts. Le pommeau et la garde était en argent brillant tandis que le manche avait une couleur noire éclatante. Hansel en avait les yeux pétillants et dévorait l'objet du regard. Pour en tester l'efficacité, il passa le doigt sur la lame qui laissa un fin filet rouge. Un sourire satisfait aux lèvres, il suça la plaie et savoura le goût ferreux du sang. Il garderait ce trésor pour lui et ne le vendrait pas. A présent, ce poignard lui appartenait. Décider, il prit le fourreau qui allait avec et s'apprêtait à l'enfiler sur la lame.
Mais au même moment, le bruit d'une porte s'ouvrant le fit sursauter. Quoi déjà ? Elle ne pouvait pas être de retour ! Coincé, il se cacha derrière un pan de mur alors que la sorcière passait dans le couloir. Il aurait pu repasser par la fenêtre où il était entré. Mais le soucis... il avait changé de pièce. Et pour rejoindre la cuisine par où il était passé, il devait traverser le couloir. Hors... la sorcière s'y trouvait. D'ailleurs, elle se dirigeait vers lui sans l'avoir vu.

Il n'avait donc pas d'autre choix... Il resserrait ses doigts sur le manche du couteau qu'il avait en main et attendit, patiemment. Au moment où elle passa le seuil, Hansel frappa en plein en ventre. La femme poussa un cri de surprise et de douleur alors qu'il fit remonter dans ses chairs la lame vers le haut. Puis elle s'écroula, le sang s'échappant de son ventre dans une marre écarlate. Hansel la regarda fixement alors qu'elle luttait pour vivre, une main sur sa plaie comme si elle souhaitait empêcher ses entrailles de glisser hors de son abdomen.
Fasciné, il s'accroupit et trempa ses doigts dans le liquide carmin pour ensuite le goûter. Un vrai délice ! Pas un instant, il n'avait hésité. Pas un instant, la culpabilité ou l'horreur de son acte ne l'avait effleuré. Voir le visage crispé de douleur de sa victime était pour lui un spectacle inouïe et délicieusement charmant. La tête légèrement penchée sur la droite, il observait la blessure et se demanda, en toute innocence, ce que ça ferait s'il en pinçait les bords. Sans ménagement, il retira la main qui faisait barrière et, du bout des doigt, tira sur les lèvre de la plaie. La souffrance évidente de la sorcière donna de doux frissons de plaisir au jeune garçon qui ne put s'empêcher d'avoir un sourire sadique et joueur.
Il continua ainsi, maltraitant la jeune femme qui n'avait pourtant rien demandé. Les cris qu'elle poussa à chaque attention d'Hansel plongèrent le jeune garçon d'à peine dix-sept ans dans une extase peu commune. Ces hurlements étaient pour lui une douce musique qui faisait écho avec son être le plus noir. Il s'en nourrissait.

Comme munie d'une nouvelle énergie, Hansel reprit son couteau et s'amusa à faire de petites entailles sur les bords de la plaie. Le corps à ses genoux se cambrait et s'agitait, poussant des gémissements délicieux alors que des larmes coulaient des yeux marrons de la jeune femme. Le tortionnaire qu'il était devenu ne retint pas un sourire amusé, plus que satisfait de du résultat. Il avait la sensation d'avoir affaire à un poisson qu'on venait de sortir de l'eau et qui se débattait dans l'herbe, cherchant désespérément à rejoindre son habitât. Mais bien évidement, jamais il n'y parviendrait. Exactement comme la sorcière.
Hansel n'avait pas enfoncé le couteau suffisamment pour la tuer sur le coup. Il faudrait attendre un long moment avant qu'elle ne passe de vie à trépas. Ce qui donnait suffisamment de temps au jeune garçon de faire joujou à sa guise !
Alors ? Qu'allait-il faire ? Tout d'abord, il trouvait que les vêtements imbibés de sang étaient de trop. A l'aide de son poignard, il entailla ce qui restait de la robe de la jeune femme et la lui retira sans cérémonie. Les sous-vêtements subirent le même sort. Puis, observant ce corps nu offert à ses yeux, Hansel fit glisser la lame sur elle, en partant de sa gorge jusqu'à sa blessure pour l'instant peu profonde en passant par l'espace entre ses seins. Où allait-il frapper ? Lui-même l'ignorait mais fixer les seins de sa victime lui donna vite une idée.
Du bout de la pointe, il fit une entaille verticale sur le mamelon. Une entaille suffisamment profonde pour la faire hurler. Hansel s'en lécha les babines et joua à tirer sur la peau fine des seins pour écarter les lèvres de la blessure. Il pinça et tira à loisir, faisant naître une chanson de cris qui le délecta.

Il recommença avec l'autre sein, entaillant l'extrémité sensible qu'il tilla sans scrupule. C'est alors qu'il entendit des pas devant lui. Il releva la tête, se désintéressant de son jouet, et vit un garçon du même âge que lui, bien que petit et frêle. Hansel ne ressentit aucune crainte à l'idée d'être pris en flagrant délit. Il n'imaginait pas que le nouveau venu puisse donner l'alerte. Et même si c'était le cas... jusqu'à ce que des renforts arrivent, Hansel serait déjà loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien
avatar
Shadow




Messages : 65
Date d'inscription : 20/04/2012

MessageSujet: Re: Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)   Dim 6 Mai - 7:40

Le garçon était dans une humeur noire. D'habitude son géniteur le laissait un peu en paix. Enfin les cris, les coups de ceinture, tout ça était monnaie courante mais Adrien s'y était habitué. Après tout depuis le décès de sa mère, son père le traitais comme une sous merde. Mais grand bien lui fasse, quand il sera en âge de partir, il lui dirait ses quatre vérités! Adrien n'avait qu'un envie, planter un poignard dans le cœur de celui qui était malgré tout son père. Parfois il se détestait d'avoir de pareil pensées, mais c'était plus fort que lui. Les nuit il rêvait pénétrer dans la chambre de son géniteur et de lui trancher la gorge sans autre forme de procès. Il ne méritait pas de vivre. Poucet le tenait responsable de la mort de sa mère. Certes elle était partie à cause d'une forte fièvre dévastatrice mais son père avait refusé qu'on aille chercher le vieil enchanteur. Lui seul aurait pu lui sauver la vie. Mais son père trop avare avait refusé. Lorsqu’elle était morte, il n'avait même pas semblé touché, plutôt soulagé d'avoir une bouche en moins à nourrir. Oh comme il le détestait. Adrien lui ne s'en remettait toujours pas. Sa mère avait été tout pour lui, la seule à le considéré comme un être humain. Elle prenait les coups pour lui, il le savait, et il la vénérait encore plus.

Sa disparition fut une véritable tragédie pour le garçon. A partir de ce moment là il changea, devint plus solitaire encore, torturait des animaux, ne cessait de harceler sa voisine Aurore. Oui il devenait imbuvable, n'était plus que colère, violence qui ne demandait qu'à sortir. Il se sentait piégé dans ce corps frêle qu'était le sien. Mais il se musclerait, il deviendrait un homme et leur prouverait à tous qu'il fallait se méfier de l'agneau! Mais ce jour n'était pas venu et il fallait qu'il réponde aux exigence de son père. Celui-ci quelques fois par mois décidait qu'Adrien devait lui prouver qu'il était un homme. Ainsi il lui mettait entre les mains une scie et l'envoyait lui couper du bois pour la cheminée. Oh pas de simples brindilles! Non des tronc entier et il avait intérêt à en ramener une bonne quantité sinon c'était le fouet direct. Autant vous dire que son dos était zébré de la morsure du cuir sur sa chair. Mais les coups Adrien ça il s'en fichait! C'était l'humiliation qu'il ne supportait pas! A son retour quand son père était insatisfait, pendant une semaine il faisait porter au garçon les robes de sa mère. Il l'obligeait à sortir ainsi, au marché, partout. Adrien le haïssait. Et il se vengerais. Dans son esprit se fomentait quantité de vengeance. Un jour il en appliquerait l'une d'elle!

Mais en ce jour il était dans la forêt à ramasser du bois qu'il savait inutile. S'il devait recevoir les coups de fouet autant le faire en beauté! Poucet avait décidé ce jour de ne ramasser que des brindilles. Même si cela allait mettre son père dans une colère noire, au moins son géniteur serait obligé d'aller couper du bois! Ca lui fera les pieds!! Perdu dans ses pensées, il n'avait pas vu où il avait atterrit. Étrangement cette clairière ne lui disait rien du tout. Une chaumière s'y trouvait. Elle semblait habitée même si personne ne semblait là. Qui pouvait bien vivre aussi seul? Malgré tout cela avait l'air assez cosy. Poucet se surprit à penser qu'il pourrait y être heureux aussi, loin de tout. Juste ses règles à lui, personne pour l'humilier.

Soudain il la vit. Superbe femme, jeune, l'air heureux. Elle rentrait chez elle, satisfaite de sa sortie apparemment. Adrien ne la connaissait pas. D'un mouvement de tête il la salua et continua a ramasser les brindilles. Quelque chose dans le sourire froid de la jeune femme l'avait agacé. Allons bon encore une qui se moquait de lui. Alors qu'il avait juste voulu être poli! Rongeant son envie d'aller l'insulter, Adrien se figea au premier cri. Avant-il rêvé? Il cessa de respirer quelques instants guettant un son. Un second cri. Oui cela venait de la chaumière. Lâchant son bois, il couru voir ce qu'il se tramait là-bas. La porte d'entrée était fermée, il ne voyait rien par les vitres. Mais les gémissements continuaient, des gémissements de douleurs. Et étrangement ce fut une douce musique aux oreilles de Poucet.

Alors il entra et vit. Un jeune homme, pas plus vieux que lui, était au dessus de la femme. Elle semblait mal en point, son sang lui faisait un tapis liquide. Le regard dément du garçon galvanisa Poucet. Le spectacle auquel il assista le subjuguait. Il regardait chaque trait rouge laissé par la lame. Rêvait de le faire lui même, d'être cette lame qui mordait la chair. Puis son regard croisa celui du jeune homme. Il ne semblait pas effrayé, plutôt satisfait. Il ne tremblait pas à l'idée qu'Adrien aille chercher des renforts. D'ailleurs cela ne lui était même pas venu à l'idée. Trop fasciné par le spectacle. Adrien sourit alors au garçon et lui fit un signe de main comme pour lui signifier qu'il pouvait continuer. Puis il prit une chaise sur laquelle il s'assit. Fouillant dans sa sacoche il en sortit une pomme qu'il commença à manger.

_ Ca ne t’ennuie pas que je regarde? Un public ne te gêne pas? Ah et je suis Adrien et j'ai comme l'impression que toi et moi nous allons devenir ami!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverlandisreal.frenchboard.com
Hansel Stone
avatar
Shadow




Messages : 40
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)   Ven 11 Mai - 22:47

Le nouveau venu fit un simple signe de main, presque désinvolte, et sourit. Sourire qu'Hansel prit la peine de rendre d'un air narquois nullement diriger contre son protagoniste. Pas surpris le moins du monde, le garçon au pain d'épice le regarda s'installer sur une chaise et tirer une pomme de sa sacoche, s'imposant comme spectateur. Hansel faillit rire tant il trouvait la situation cocasse en vue de son aspect inhabituelle et hors des convenances.Qui aurait pris comme une pièce de théâtre, un spectacle, un meurtre commit de sans froid ? Qui se régalerait à la simple vue du sang coulant lentement hors d'un corps martyrisé ? Qui écouterait comme une douce symphonie les cris d'agonie d'une personne ? Personne, évidemment. Excepté ce garçon qui prenait ses aises pendant qu'Hansel poursuivait son méfait.

Plus qu'amusé, le tortionnaire suça son pouce droit imprégné de sang. Le goût ferreux titilla délicieusement son palais, lui faisant presque tourner la tête. Sans prononcer un mot, il acquiesça d'un signe de tête d'acceptation quand le dénommé Adrien lui demanda s'il le pouvait regarder. Bien sûr que non, ça ne le dérangeait pas d'avoir un public. Au contraire. Ainsi il aurait un avis critique sur son œuvre. Et puis... plus on est de fous, plu on rit, pas vrai ?
Sans se presser, Hansel retira son pouce de la bouche.

- Mon nom est Hansel,dit-il le plus normalement du monde.

Un gémissement rappela sa victime au jeune garçon. Il baissa la tête vers la femme qui reposait à ses pieds, le corps tremblant alors que des larmes coulaient de ses yeux. De l'index et avec un sourire moqueur et cruel, presque fou, qui laissait entrevoir ses dents, il tapota les lèvres de la sorcière.

- Chut, chuchota-t-il d'un ton mielleux. Les grandes filles ne pleurent pas. Et puis... quitte à mourir, autant le faire dignement, tu ne crois pas ?

Malveillant à souhait, il donna une tape sur un des seins blessés de sa proie. Cette dernière se mordille la lèvre inférieur, se refusant de crier. Ce geste eut pour conséquence de ravir Hansel dont les lèvres s'élargirent davantage.

- Mais j'oubliais ! Les sorcières sont fourbes. Elles n'ont donc pas de dignité, railla le garçon au pain d'épice.

Un rire moqueur lui échappa malgré lui. Puis sans prévenir et avec un calme des plus déconcertant, il grava une courbe sur chacune de ses joues, allant de la commissure de ses lèvres à ses pommettes. Un cri étouffé et des gémissements flottèrent dans l'air alors qu'Hansel poursuivant son dessin avec une extrême lenteur, accentuant de ce fait la douleur de sa victime. Plus les sanglots se faisaient plaintifs plus le psychopathe se régalait. Il aurait presque pu se lécher les babines.
Quand il eut fini, il fixa le visage de la jeune femme d'un œil critique.

- Et voilà un magnifique sourire ! Commenta-t-il. Je pense l'avoir réussi à la perfection.

Il releva la tête, posant un regard complice sur son nouvel ami qui mangeait tranquillement sa pomme.

- Qu'en penses-tu, Adrien ?

Hansel étudia à nouveau les marques sanguinolentes qu'il avait créé et pencha légèrement la tête, évaluant chaque détail. La forme. Le filet rouge qui s'échappait.

- Je trouve qu'il y a un petit défaut. Je l'ai peut-être fait un peut trop courbé, non ?



(Désolé si c'est aussi court ^^" j'essaierai de mieux faire au prochain poste)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenirs sanglants ! (Pv Adrien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» Souvenirs en pot
» Plein de bons souvenirs
» [Gide, André]Souvenirs de la Cour d' assises
» 15 décembre - Souvenirs en pot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Neverland :: La Comté Grimm-